mercredi 9 août 2017

p'tit mot ...





















En ouvrant, le très beau roman de Michèle Lesbre " Ecoute la pluie "

J'aime ces mots, j'aurais envie d'écrire : " Quand je dessine sur la mer, sur la tempête, sur le soleil, sur la pluie ... "

" Jour de pluie "





































... Il défit son étreinte, en disant :
" J'aimerais marcher sous la pluie avec toi. "

Aquarelle, encre, crayon de couleur 35X45 cm


dimanche 6 août 2017

" Toscane "


































Aquarelle, encre, crayon de couleur.
L'été m'inspire la sensualité. Les heures chaudes sont propices à la sieste. Les paysages sont assoupis d'ombres bleutées,  il n'y a que les chats pour jouer encore et encore. 

jeudi 20 juillet 2017

La maison du bord de mer



































La maison, les couleurs de l'été, les parfums épicés d'agrumes et d'oranges, le bleu/violet des lavandes, des agapanthes, et la mer m'inspirent le bonheur.

Corresondance épistolaire marine























L'été, la mer, les sirènes toujours et encore qui se glissent dans ma correspondance.

jeudi 6 juillet 2017

La bicyclette



































Festichânes, Saône et Loire,
magnifique village poétique, décoré pour l'occasion d'objets fleuris insolites. La pluie était au rendez-vous mais le soleil a su prendre sa revanche :-)

Les piafs fleuris


" La sieste "




















Vase Fleur, " La Favorite "




mardi 27 juin 2017

Exposition Festi Chânes


Vase fleur " La favorite "

























Vase fleur, " La favorite "
Différentes étapes du travail, la pièce au biscuit, non émaillée. Et la pièce émaillée (voir ci-dessus)

jeudi 1 juin 2017

lundi 29 mai 2017

" L'amoureuse "























Grand plat. Céramique rouge, engobes, couvertes transparentes, or.

Piafs



































Piafs, émaux à faïence, engobes, couverte transparente et or.
En fond le très joli livret sur la Chapelle Saint-Pierre à Villefranche sur Mer, décorée par Jean Cocteau.
La chapelle est magnifique, émouvante et poétique, la mer est là toute proche, j'aime tellement !

Carnet de notes et p'tis crobards


lundi 22 mai 2017

" Coeurs fleuris "





















" Coeurs fleuris ", p'tits pendentifs porte bonheur. Céramique rouge, engobes, couverte transparente, or.

samedi 20 mai 2017

" l'amoureuse "





















Pour un projet futur ...

Lecture























"La jeune fille brune " Alexandre Tisma
et le jardin, l'ail des ours.
... J'aime surtout le contraste de la première de couverture avec le vert tendre de mon jardin.
Parce que le livre d'Alexandre Tisma m'a laissé une sensation de tristesse, description d'une déchirure, d'un acte manqué, ou comment passer à côté de sa vie. Il me fait penser au magnifique, mais non moins triste livre de Stephan Zweig " Vingt-quatre heures de la vie d'une femme " ?!

De bric et de broc ...




































Petites pièces, biscuits en attente d'émaillage ...

Le jardin de Claudine























Glycine blanche, magnifique jardin !

Le jardin
























Une des mes grandes passions : les fleurs et particulièrement les pivoines.
Ma preferée dans le jardin, Hana Daïjïn 
pivoine arbustive.

Coeurs fleuris

























Coeurs ... pour la réalisation de petits pendentifs. Biscuits et terre crue

P'tits sujets pour un mobile qui chante dans le vent




































Petits sujets pour un mobile qui chante dans le vent ... biscuits faïence rouge.

vendredi 14 avril 2017

Coup de coeur























Magnifique écriture, superbe.

P'tit mot

" Ne plus parler de poésie.
Mais laissé vivre les fleurs sauvages,
Au fond d'une cour aux murs gris
Où l'aube aurait enfin sa
chance,
Vivre,
Avec tendresse,
Vivre
Et donner
Avec ivresse. "

Barbara, " Perlimpinpin "

P'tite céramique à l'orchidée


lundi 27 mars 2017

La musique et l'ineffable

 " La musique de Fauré apaise le tumulte passionnel, mais elle est elle même passionnée, souvent austère et généralement déroutante. Elle cherche parfois à déplaire et il se faut donc de beaucoup qu'elle soit toute suavité et pourtant par le charme secret qui se cache dans sa profondeur, elle contribue à effacer la grimace de la haine. Nous qui ne sommes pas mort comme des morts, mais morts comme des vivants, c'est à dire laids, nauséabonds et cadavériques, elle nous délivre des soucis, elle délivre l'homme méchant de sa colère et le tremblant de sa terreur, elle empêche le terrorisme et le terrifié de tomber tous les deux ensemble dans le même lac obscur. Bénie soit la paix, bénies les cloches du matin. Les cannibales et les prétendants, les ogres et les Valkyries de notre cauchemar ne sont déjà que de tremblants fantômes que leurs noms même soient oubliés, que le gazon du printemps recouvre à jamais cette très misérable sépulture de colère et de soucis car tout recommence à nouveau demain. "

Vladimir Jankelevitch  

" Pavots "




































Petit vase rond, terre noire,  mat/brillant, engobes et couverte transparente.

Alphabet






















Je travail en ce moment sur un alphabet.
Dessins à l'encre, détails de mes sirènes typographiques.

jeudi 9 mars 2017

Les Chats



" A cause de la vie ."

 
" Elle se sent si émue qu'elle sait que Joao ne la reconnaîtrait pas, lui qui dit toujours : " Il n'y a pas une once de nostalgie chez toi " (peut-être est-ce rassurant de vivre avec quelqu'un qui vous connaît si mal, cette ignorance bienveillante vous assure une parfaite protection de vos territoires secrets).
   Nathalie pense : " A quoi je renonce ? " ( elle ne sait pas elle-même dans quel sens prendre cette phrase qui résonne dans sa tête : imagine-t-elle renoncer à quelque chose en traversant la rue ou en ne la traversant pas ? ). Nathalie prend alors Didi dans ses bras (moite et ondulante ), elle pousse un délicieux soupir mélancolique et s'éloigne tout petit pas sérieux du 12, rue Céleste-Cannard. "

A cause de la vie
Véronique Ovaldé
Joann Sfar

mercredi 1 mars 2017

Ce jour là



































.Ce jour là j'ai cru que j'allais mourir. 
La pluie était violente, violette comme l'orage.
Mon coeur au bord des lèvres 
semblait vouloir s'enfuir.
Les larmes petits affluents de lave venaient
grossir le torrent de mes peines.
Inventaire à la Prévert :
Arabesques
Gris Gris
Coeur et petites breloques
Chapeau velours et plume d'oiseau
Bottines lacées
Le bleu de mes pensées
Poéme dessiné 
Un jour d'été
Reminiscence


Bottines lacées


Mes pensées sont fleurs et papillons