mardi 29 juin 2010

P'tit mot...

"La gêne se soumit à l"envie, la distance aux frôlements, la parole au silence, la solitude à la chaleur, la nuit à l'amour".

Hamid Aït-Taleb "De grâce".

Sensuelle...






















Je me souviens. Sensuelle ta peau, son grain délicat qui appel la caresse, comme le papier sur lequel je dessine appel le pinceau et ses volutes aux couleurs humides.
A chaque fois je te cherche, t'imagine, t'espère. Trouve de astuces pour m'approcher de toi, je crois? Sirènes lianes, coeurs hameçon, mots accrocheurs/accroche-coeur... p'tites friandises, Ô mon amour. Mais où est passée ta poésie?! Sur quel navire s'est embarqué ton coeur?! Je t'ai vu, exilé et perdu, parcourir d'autres chemins. Que tout ce bleu que tu aimes s'il arrive jusqu'à toi, te berce et te porte alors dans tes lointains voyages.

F.C

jeudi 24 juin 2010

mercredi 23 juin 2010

P'tit mot...

"Tu sais Charly, il faut aimer dans la vie, beaucoup... Ne jamais avoir peur de trop aimer. C'est ça, le courage. Ne sois jamais égoïste avec ton coeur. S'il est rempli d'amour, alors montre-le.
Sors-le de toi et montre le au monde. Il n'y a pas assez de coeurs courageux.
 Il n'y a pas assez de coeurs en dehors..."

"Le coeur en dehors" Samuel Benchetrit.

...Pour un poète Kabyle de café fort.

lundi 21 juin 2010

La danse...

J'ai dansé pour toi dans l'onde légère.
Tout ce bleu, ce noir insondable, ces violets cuivrés de verts.
Je voudrais que tu sois là.
Que tu me trouves belle dans mes arabesques.
Onde légère, densité de l'eau qui caresse.
Mes mouvements en trois dimensions. Mon coeur me porte.
Je suis à l'envers de moi même. Cheveux algues vivantes.
Le ciel tout là haut est plein de silences.
Des bulles d'air légères s'envolent.
J'ai dansé pour toi dans mes rêves aquatiques.
Je suis fluide et ondulante de douceur.
Je voudrais que tu sois là...

F.C

dimanche 13 juin 2010

jeudi 10 juin 2010

lundi 7 juin 2010

dimanche 6 juin 2010

P'tit mot...

"Je voudrais être un passeur d'instant.
Peindre c'est fabriquer du silence.
Ce que je cherche... Ce n'est pas le mystère de l'ombre...
C'est le mystère de la pleine lumière".

Pierre Boncompain.

mercredi 2 juin 2010

Sirène























Ton coeur comme un soleil, palpite dans mes veines, le cuivre des écailles accroche la lumière, celle du ciel tout proche. Transparence. La mer toute entière ondule lascive, caresses après caresses. Dentelles d'écume, algues qui dansent, je plonge dans le bleu profond de l'abysse.